Quand parle-t-on de stress, de souffrance au travail ?

Le stress au travail – et la souffrance qui en résulte – provient d’un déséquilibre entre les contraintes professionnelles imposées à un salarié – le travail prescrit – et les ressources dont il dispose pour y faire face, quand n’est plus respecté le Code du travail prescrivant à l’employeur d’adapter le travail à l’Homme et non l’Homme au travail ! …

A titre d’exemples, un manque de clarté dans les tâches qui sont les vôtres, des écarts par rapport à votre fiche de poste, une intensification récurrente de votre charge de travail, des objectifs inatteignables, un travail en mode dégradé (moyens matériels et humains insuffisants, accent mis sur la quantité au détriment de la qualité…), de nouvelles modalités d’organisation du travail (open space, organisations « flexibles », « agiles »…), un management pathogène (lean management…), des modalité anxiogènes d’évaluation de votre travail (et plutôt, d’ailleurs, du résultat de votre travail…), sont des facteurs de stress et d’apparition parfois, d’une souffrance, d’un sentiment de solitude, d’injustice, de dévalorisation…

Une situation dont vous pouvez dire qu’elle constitue une souffrance au travail contraste avec ce que vous avez connu par le passé, elle provoque chez vous un sentiment dépressif, une fatigue récurrente, d’autres symptômes, psychiques ou corporels, elle affecte votre vie sociale et personnelle…

Il est indispensable d’en parler !

                                                 … de ne pas rester seul, de vous faire aider !

Speak Your Mind