Viré et tous ses sens

J’ai été viré avec pertes et fracas. J’étais rédacteur en chef à la télévision, et du jour au lendemain on me reprochait des faits de harcèlement ainsi que des paroles ayant trait au sexisme et à la discrimination, après 30 ans de travail.

Face à l’injustice des accusations, la colère succède à l’incompréhension. Mon ADN de journaliste me force alors à enquêter puis à écrire.

Jean-François LAVILLE, Viré. Histoire d'un "meurtre social" à France.tvJ’ai souvent coutume de dire que les mots apaisent les maux. Parler est une chose essentielle, écrire couche encore plus le propos, à l’instar du divan du thérapeute. Il couche et assoit les choses. L’écriture sur mon affaire m’a révélée à moi-même le processus qui avait conduit à mon licenciement, son contexte et sa cause.

Il n’est pas a priori aisé de parler d’un sujet lorsque ce sujet est tout simplement soi. Raconter l’histoire de mon licenciement n’aurait intéressé que mes proches. En revanche montrer en quoi il est révélateur d’une époque qui broie, tue socialement, ne crée plus d’aventure collective, cède aux sirènes les plus libérales, devenait nettement plus concernant.

Brique après brique j’ai construit mes fondations et mon récit. Je les ai testées à l’aune des échanges inspirant avec mon thérapeute. A mesure des visites je sentais le mur des certitudes monter. Là où, au départ, j’étais arrivé en séance avec des questions, je repartais souvent avec peut-être autant d’interrogations mais surtout du ciment pour bâtir.

Désormais ce livre est écrit, il ne m’appartient plus, il est au lecteur et ce dernier comprendra que son titre a trait au limogeage d’un homme qui n’était peut-être plus de son époque.

Pour moi « Viré » est l’histoire d’une mutation. Celle d’un homme qui part blessé pour arriver peut-être un peu plus construit. Et surtout, aujourd’hui, « Viré » a un autre sens. Celui d’un virage. Cette épreuve m’a transformé et j’espère socialement retrouver une activité qui corresponde à celui que je suis vraiment.

Je n’ai pas honte de dire que je suis fier de traverser cette épreuve debout. L’écriture comme catharsis m’y a aidé, m’a vertébré.

J’espère surtout, mais je n’en suis pas sûr, que ce livre posera un débat dans notre société. Quand cesserons nous d’utiliser les grands principes à des fins personnelles pour tuer socialement en toute impunité ?

Jean-François Laville

 

Jean-François LAVILLE, Viré. Histoire d’un « meurtre social » à France.tv, Plon, septembre 2021, 208 pages, EAN : 9782259307284.