Cercle d’Étude « perversion individuelle – perversion sociale »

Les mécanismes de la perversion ont aujourd’hui infiltré largement le monde du travail.

Ils y sont non seulement tolérés, voire enseignés, comme paradigme du management « efficace », « agile », « flexible », mais aussi couverts par une combinaison verrouillée de déni et d’omerta sous le vernis trompeur du « bonheur » ou de « bien-être » au travail, slogans mis en avant pour soutenir une image séductrice.

Nous vous proposons dans cet atelier de les étudier et de faire émerger, à partir de situations concrètes, des parades possibles. Avec, au delà d’une compréhension des processus, une visée de prévention de la souffrance et pour éviter que cet affrontement victime/système ou individu(s) maltraitant n’aboutissent à plus de déshumanisation des relations de travail, à une détresse psychique voire à la mort d’un être humain…

Le management en cause…
Le management pathogène joue sur les relations interpersonnelles au travail en les clivant, en créant des alliances entre certains salariés pour en écarter d’autres. Cette dynamique relationnelle s’oppose au collectif, le déstructure, permet un contrôle sur chacun individuellement ; il instaure peur et rivalités.
Ce système est à appréhender à deux niveaux : au niveau 1) d’une perversion possible s’exerçant dans la relation inter-individuelle et 2) au niveau d’une perversion sociale des organisations induite par leurs modalités de fonctionnement à des fin de rentabilité ; les deux se situant dans une circulation de jouissance qu’il s’agira de repérer, conduisant in fine à une perversion du travail lui-même comme des valeurs qui le soutiennent et le structurent.
La victime n’existe quant à elle dans les processus de maltraitance que par ses réactions de défense et d’angoisse, non du fait d’une quelconque responsabilité de sa part. Elle connaît alors une extrême solitude face à un collectif de collègues devenu, activement ou à son insu, complice de sa mise à l’écart.

Les réunions proposées constituent donc aussi un travail de prévention destiné à permettre de repérer les signes avant-coureurs de manœuvres perverses ou induites par les organisations pouvant conduire éventuellement à un harcèlement, provoquer souffrance, blessures, incompréhension, sentiment d’injustice et culpabilité.
Elles visent également à recréer du lien et donc du collectif, seul à même de faire échec à ces mécanismes purement subjectifs, irrationnels et donc inaccessibles à toute discussion «raisonnable» qui serait destinée, sur les lieux de travail, à les faire cesser.

————————————-
Public : tous salariés, employé, Collaborateur.
Animation : Dr Marie-Hélène Braudo, Philippe Archain, Philippe Chétrit
Dates 2017 : calendrier en préparation
Heure : 20h -21h30
Lieu : Maison des Association, 60 rue Saint André-des-Arts, Paris 6ème
Pour s’inscrire : lamaisondutravail@yahoo.fr